D’où vient le Jin Shin Jyutsu ?

Selon d’anciens écrits conservés aux Archives du Palais Impérial au Japon, le Jin Shin Jyutsu (仁神術) était très répandu avant la naissance de Bouddha (Inde), celle de Moïse (Bible) et avant le Kojiki (古事記 Récit des faits anciens – Japon, an 712). Cet art ferait donc partie de la sagesse traditionnelle universelle.
Pendant de longs siècles, les clés d’accès à ce trésor qu’est le Jin Shin Jyutsu furent transmises de génération en génération par l’enseignement oral jusqu’à la disparition presque totale de la conception véritable de cet art. Ce fut le maître japonais Jirô Murai qui, au début des années 1900, redécouvrit ces trésors anciens.

Jirô Murai, né en 1886 à Taiseimura (aujourd’hui Kaga-shi) dans la Préfecture de Ishikawa au Japon, réussit à se libérer lui-même d’une maladie qui menaçait sa vie. à l’issue de cette épreuve, il décida de dédier le restant de ses jours à la recherche et au développement du Jin Shin Jyutsu, se basant sur une large gamme d’expériences personnelles et de ressources écrites telles que le Kojiki.

Mary Burmeister (née Mariko Iino – sa famille était originaire du Japon) naquit le 21 octobre 1918 à Seattle dans l’État de Washington aux états-Unis. Lors d’un voyage au Japon à la fin des années 40, elle rencontra Jirô Murai qui lui demanda : « Voulez-vous étudier auprès de moi afin de rapporter  » un cadeau  » du Japon aux États-Unis ? ». Elle fut son élève durant douze ans, jusqu’au décès du maître en 1960.

La mission principale de Mary Burmeister était de transmettre l’art du Jin Shin Jyutsu au monde occidental. En parallèle, un autre disciple de Jirô Murai, Haruki Kato, avait pour tâche de relier les connaissances du Jin Shin Jyutsu, à celles de l’acupuncture. Le Jin Shin Jyutsu enseigné dans les pays francophones et dans le monde est issu des recherches, de la pratique et de l’enseignement de Mary Burmeister.

Jirô Murai souhaitait que la pratique du Jin Shin Jyutsu soit accessible à tout le monde. Mary Burmeister commença donc à l’enseigner à partir 1965. Elle le pratiqua jusqu’en 2008, année où elle s’éteint, toute en paix. Il y a aujourd’hui 22 instructeurs reconnus qui transmettent cet art dans le monde entier, et de nombreux élèves qui pratiquent le Jin Shin Jyutsu à leur façon.

Jin Shin Jyutsu est un « Art Cosmique Sans Artifice » et non une technique. Une technique est application mécanique tandis qu’un art est création habile. Ainsi, pratiquez l’art du Jin Shin Jyutsu avec un esprit pur afin d’être l’art lui-même.  Mary Burmeister